CÒR D'ÒMES DE BIGÒRRA
disques

ligams


cap aus sorelhs


adara


d’aigas et de ròcas


vias deths aires
site propulsé par spip
chants
Itsasoetan - Argizagi ederra
Pays Basque, harmonisation Aita Donostia.

Enchainement de deux chants issus de la tradition basque ; le premier est une berceuse parlant du brouillard sur la barre près de Bayonne, le second est relatif aux dangers de l’amour.

Itsasoetan lano dago

Itsasoetan lano dago
Baionako barraraino
Nik zu zaitut maiteago

Txoriak beren umiak bano
Gure oroitz aita dago
Lano pian gabarano

Nik zu zaitut mateago
Arraitxuak ura bano
Afaria suan dago

Bero-beroa sarridino :
Nik zu zaitut maiteago
Egur onak sua baino !

Izar xuriz mila dago
Iparretik hegoraino
Nik zu zaitut maiteago

Ilargia gaua baino
Lo egizu, egizu lo
Dekantsuan bihar artio

Nik zu zaitut maiteago
Gau beltzan loa baino !
Orai haurra hor lo dago

Lo egizu, aingeruno
Nik zu zaitut maiteago
Zure aitak nihaur baino.

Sur la mer il y a du brouillard, de Bayonne à la barre, moi je t’aime plus que l’oiseau ne peux aimer son petit…

Argizagi ederra

Argizagi ederra, argi egidazu
Oraino bide luzean joan behara nuzu
Gau huntan nahi nuke matia kausitu
Haren bortarano argi egidazu.

Lotara ziradea, lozale pollita ?
Lotara ez bazira so’gin dazu leihora
Eta egiaz mintza, oi ! izar ederrra
Zur’ama othe denez araino lotara.

Etxeak eder du, bai, saihetsean labe,
Zer ala zu ez zauzke goardiarik gabe ?
Maitea, ni ez nauke egia erran gabe,
Noiztanka holakoak tronpatzen durare.

Kanpotik sarthu, eta barnera ondoan,
Maitearekin nindagon, oi ! gustu onean
Amak, hautemanikan, oi, uste gabean
Gainetik jautsi zaukun kolera handitan.

Zu zinela ez nuen gogoan phasatzen,
Niri heben berean afrontu egiten ;
Jenten erranez ez niz ez orai estonatzen,
Etsenplu dudanean nihaurek ikhusten.

Orai banohako, adios erranik ;
Berriz jiteko ere ez espanrantzarik.
Kitatzen ez banuzu arra bihotzetik
Zure Ganako bidea hautseko dut nik.

Jendek erraiten dute hal’ ezdena frango,
Izar charmagarria, zur’ eta’enetako,
Gu ez girela gisan legarrekilako :
Bi hok akort bagire, nori zer dohako ?

Belle lune, éclairez-moi ;
J’ai encore un long chemin à parcourir
Je voudrais cette nuit trouver ma belle
Eclairez-moi jusqu’à sa porte.

Dormez jolie dormeuse ?
Si vous ne dormez pas, regardez à la fenêtre
Et dites-moi vraiment, ô belle étoile
Si votre mère dort encore.

La maison est embellie par un four placé à coté
Quoi donc ! Ne pouvez-vous rester sans gardien
Bien-aimée, moi je ne puis dire la vérité
Parfois les pareils (gardiens) se trompent.

Etant rentré de dehors
J’étais avec ma bien-aimée, oh ! bien content ;
La mère nous ayant entendu par surprise
Descendit d’en haut en grande colère.

Je n’aurais pas cru que ce fût vous,
Qui ici vous trouviez pour ma honte ;
Des dires du monde je ne m’étonne plus
Maintenant que je vois la chose moi-même.

Maintenant je m’en vais disant adieu
Plus d’espoir de revenir !
Si vous ne m’effacez pas de votre cœur
Je trouverai bien le moyen d’aller vers vous.

Les gens en disent beaucoup comme cela n’est pas,
Charmeuse étoile, de vous et moi,
Que nous ne sommes pas faits l’un pour l’autre,
Si tous deux nous sommes d’accord, à qui cela importe-t-il ?