CÒR D'ÒMES DE BIGÒRRA
disques

ligams


cap aus sorelhs


adara


d’aigas et de ròcas


vias deths aires
site propulsé par spip
chants
Là-haut sur la montagne
Béarn

Dialogue amoureux parlant du désir et des dangers de l’amour.

Là-haut sur la montagne j’entends quelqu’un pleurer
Semble la voix de ma maîtresse
Oh ! Oui j’irai la consoler

Qu’avez-vous donc la belle, qu’avez-vous à pleurer
Si je pleure c’est la tendresse
C’est le regret d’avoir trop aimé

Aimer n’est pas un crime, Dieu ne le défend pas
Faudrait avoir le cœur bien rude
Belle si vous ne m’aimiez pas

Si j’étais hirondelle que je puisse voler
Sur le blanc sein de ma mestresse
Oh ! Oui, j’irai me reposer

Mon sein n’est pas un arbre pour vous y reposer
Choisissez-vous une autre branche
Qui puisse mieux vous supporter

Les moutons vivent d’herbe, les papillons de fleurs
Et vous et moi, jeune bergère
Nous ne vivons que de langueurs

Les moutons dans la plaine sont en danger du loup
Et vous et moi jeune bergère
Nous sommes en danger de l’amour